Hiroshige et l'éventail

Au musée Guimet jusqu'au 29 mai

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Le musée Guimet présente, pour la première fois en France, un ensemble unique d’estampes d’Utagawa Hiroshige (1797-1858), destinées à orner des éventails. Réalisées entre les années 1830 et 1850, elles comptent parmi les plus rares et les plus élaborées de l’œuvre de l’artiste, l’un des derniers grands imagiers du Japon de l’époque d’Edo. Ces feuilles d’éventails révèlent l’inventivité graphique et la diversité de son travail, depuis les sites célèbres de la ville d’Edo et les paysages de provinces japonaises, jusqu’aux subtiles compositions de fleurs et d’oiseaux, en passant par les portraits féminins, les scènes historiques, littéraires ou les images parodiques. Les œuvres exposées proviennent de la Fondation Georges Leskowicz, qui possède l’une des plus belles collections de ce genre au monde. Vous découvrirez des estampes et des gravures totalement méconnues, car elles ont été réalisées pour des éventails, objets indispensables dans les régions chaudes et humides du Japon.

Accessoire saisonnier et éphémère, usage social très important au Japon à l’époque d’Edo (1603-1868), l’éventail plat en bambou (uchiwa) se popularisa au Japon et devint l’un des supports d’expression de la créativité des maîtres de l’école picturale japonaise ukiyo-e.

D’abord vendus pendant l’été par des colporteurs ou dans des échoppes provisoires à l’occasion de fêtes, les éventails d’Edo furent proposés à partir de la fin du 18e siècle à la devanture des marchands d’estampes et de livres illustrés, lorsqu’ils commencèrent à être signés par des artistes célèbres.

Objets jetables, parce qu’ils s’usent, ces éventails ont pour la plupart disparu ; les estampes qui nous sont parvenues, non découpées et dans leur premier tirage, sont celles qui ne furent jamais montées sur leur armature, préservées par les éditeurs d’estampes ou les collectionneurs. Beaucoup de ces œuvres sont aujourd’hui uniques ou conservées en de très rares exemplaires de par le monde.

Hiroshige réalisa plus de six cent cinquante estampes destinées à orner cet accessoire du quotidien.

L’exposition présentée au 2e étage du musée Guimet invite à découvrir la grande créativité graphique ainsi que les thèmes de prédilection de l’artiste, à travers une sélection de quelque quatre-vingt-dix œuvres, parmi les plus belles de la Collection Georges Leskowicz, la plus importante collection privée de feuilles d’éventails de Hiroshige.

Parmi les œuvres exposées, certaines dépeignent des sites célèbres de la ville d’Edo (aujourd’hui Tokyo).

On y découvre des vues urbaines, jardins d’agrément, temples, lieux de distraction et d’excursion, ainsi que le « quartier des plaisirs » de Yoshiwara. Ces représentations sont marquées par les saisons, par des moments particuliers de la journée, des rituels ou des fêtes, et toujours animées de personnages, souvent féminins. Les paysages des provinces du Japon décrivent, avec une grande fidélité documentaire, des stations thermales, vues maritimes, lieux de pèlerinage, ou encore la traversée de fleuves qui fournissent autant de scènes pittoresques. « Le monde des plaisirs » et les sujets fictionnels à la mode appréciées par le public populaire d’Edo sont aussi illustrés sur les éventails de Hiroshige, avec une grande variété de sujets : personnages féminins élégants, dans leur cadre quotidien ou associés à des sites célèbres, thèmes littéraires, classiques ou issus du répertoire contemporain du théâtre kabuki, voire du roman burlesque. Enfin, les thèmes bucoliques composés de fleurs, végétaux, oiseaux et animaux occupent également une place importante parmi les estampes présentées.

Une confection très particulière

La confection d’un éventail nécessite plus d’une vingtaine d’étapes. Le manche et l’armature sont réalisés à partir d’une canne unique de bambou d’un diamètre de 1,5 cm et d’une longueur de 35 cm. Le bambou est idéal parce qu’il est à la fois léger, souple et très solide.

Grâce à cette superbe et passionnante exposition, vous découvrirez non seulement la beauté des estampes, comment ces éventails étaient confectionnés, mais aussi quel en fut leur commerce, quelles furent les sources d’inspiration de l’artiste, ses lieux de prédilection et les thèmes choisis.

Objets éphémères, c’est une chance et une joie de pouvoir en admirer un grand nombre d’exemplaires, grâce aux prêts de la Fondation Jerzy Leskowicz.

« Artiste majeur de la première moitié du XIXe siècle, Utagawa Hiroshige est l’un des derniers grands imagiers du Japon de l’époque d’Edo (1603-1868). Il se fait connaître par ses estampes de paysage – en particulier sa série des Cinquante-trois relais du Tôkaidô –, qui donnent à voir avec beaucoup de modernité la société de son temps. Mais l’inventivité et la diversité de son œuvre se révèlent tout spécialement dans ses estampes pour éventails plats, depuis les sites célèbres de la capitale et des provinces japonaises, jusqu’aux subtiles compositions de fleurs et d’oiseaux, en passant par des scènes historiques, littéraires ou parodiques. Cet accessoire saisonnier et jetable se popularise à l’époque d’Edo et, par son format spécifique, devient un support d’expression de la créativité des maîtres de l’ukiyo-e.

Pièces éphémères, les estampes pour éventails plats comptent parmi les plus rares et les plus élaborées de l’œuvre gravé de Hiroshige.

Le musée national des arts asiatiques – Guimet est honoré de présenter, pour la première fois en France, cet ensemble unique et prestigieux, que M. Georges Leskowicz, collectionneur hors pair et ami du musée, a bien voulu nous confier pour quelques mois. Nous espérons que nos visiteurs prendront tout autant de plaisir à découvrir et à parcourir le Japon du XIXe siècle, en compagnie de Hiroshige. »

 Yannick Lintz Présidente du musée national des arts asiatiques – Guimet

Vous serez envouté.e.s en entrant dans les paysages japonais de la première moitié du 19e siècle, époque où Edo avait encore la taille d’un village. On voyage en regardant ces estampes aux couleurs extraordinaires. Nous sommes émerveillé.e.s par la poésie des paysages, des fleurs et des traditions. Rappelons ici à quel point Hiroshige avait fasciné les peintres français et continue de le faire. Le musée Guimet conserve plus de 20.000 œuvres dans ses collections japonaises et en présente un grand nombre dans ses salles, objets du quotidien ou rituelliques, tous fascinants…

« J’abandonne mon pinceau, Sur la route de l’Est, Pour sous le ciel de l’ultime voyage, M’en aller découvrir les sites célèbres, Du paradis de l’Ouest. »

 Hiroshige, Poème d’adieu, 1858

Mentions légales des photographies présentées par ordre d’apparition :

La rivière Takino-gawa
Série Tournée des cascades d’ji dans la capitale de l’Est
Utagawa Hiroshige (1797-1858)
Vers 1849-1852, éditeur Kakutsuji (Iseya Ichiemon), 22,8 × 28,8 cm.
© Fundacja Jerzego Leskowicza

Ukiyo Matahei
Série Collection d’artisans célèbres : le peintre Utagawa Hiroshige (1797-1858)
Vers 1844-1846, éditeur Ibaya Kyūbei, 22 × 28,8 cm. © Fundacja Jerzego Leskowicza

Le fleuve Fuji-kawa
Série Les fleuves sur la route du Tkaid
Utagawa Hiroshige (1797-1858)
Vers 1849-1851, éditeur Kojimaya Jūbei, 22 × 29 cm. © Fundacja Jerzego Leskowicza

Saigū no nyōgo
Série Les Trente-six génies féminins de la poésie Utagawa Hiroshige (1797-1858)
Vers 1843-1846, éditeur Enshūya Matabei,
23,3 × 29,2 cm.
© Fundacja Jerzego Leskowicza

Pièces de Teriha à la mode. Suite.

Le moine qui loge sous un chapeau.
Le serviteur à la force factice.
Le lieu qui commence par « I »
Utagawa Hiroshige (1797-1858)
1857, éditeur Ibaya Senzaburō, 23,2 × 29,9 cm. © Fundacja Jerzego Leskowicza

Marchands prospères du quartier des Musiciens Utagawa Hiroshige (1797-1858)
1853, éditeur Ibaya Senzaburō, 22,3 × 29 cm.
© Fundacja Jerzego Leskowicza

Les Trente-six génies féminins de la poésie : Kunaikyô (avers) et Paravent orné de dessins abrégés des Trente-six génies féminins de la poésie (revers) -Utagawa Hiroshige (1797-1858)
Vers 1843-1846, feuilles d’éventail démontées © Fundacja Jerzego Leskowicza

Hiroshige et l’éventail

Jusqu’au 29 mai 2023

Hiroshige et l’éventail

Voyage dans le Japon du 19e siècle

Exposition du 15 février au 29 mai 2023

 

Musée national des arts asiatiques – Guimet

6 Place d’Iéna, 75116 Paris, Tél. 01 56 52 53 00

Ouvert tous les jours sauf le mardi

De 10h à 18h

 

Des visites, des ateliers et autres événements sont proposés, consultez le site du musée pour découvrir la programmation.

#museeguimet

#expoHiroshige

D’autres actualités à découvrir :

Renaissance de Harlem et …

Du 25 février jusqu’au 28 juillet 2024, le Metropolitan Museum of Art (MET) présente l’exposition inédite « The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism » (La Renaissance de Harlem et le modernisme transatlantique).

Lire la suite »

LUMINISCENCE à Saint-Eustache

Après une première étape dans la Cathédrale Saint-André de Bordeaux, couronnée de succès avec déjà plus de 80 000 spectateurs, l’expérience immersive « LUMINISCENCE » s’installe au cœur de la capitale dans l’église Saint-Eustache.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...