Itinérance

Au Pavillon Comtesse de Caen, Paris

Diapositive précédente
Diapositive suivante

L’exposition collective ITINÉRANCE rassemble les œuvres de la promotion 2021-2022 des artistes en résidence de l’Académie de France à Madrid, section artistique de la Casa de Velázquez. De retour d’une année de résidence en Espagne (de septembre 2021 à juillet 2022), les artistes de la 92ème promotion de l’Académie de France à Madrid investissent le Pavillon Comtesse de Caen du 2 février au 5 mars pour une exposition conçue à la fois comme une restitution et un prolongement de leur immersion en péninsule Ibérique, pleinement dédiée à la création, à l’expérimentation et à la recherche.

Moment de rencontre entre le public et la création contemporaine en résidence, l’étape parisienne d’ITINÉRANCE– exposition inaugurée à Madrid en juin 2022 – est également le témoignage des liens vivants qui unissent l’Académie des beaux-arts et la Casa de Velázquez. Soutien tutélaire de l’Académie de France à Madrid depuis plus d’un siècle, l’Académie des beaux-arts tient en effet un rôle actif dans l’accompagnement des artistes résidents, en participant notamment à la sélection des promotions entrantes et en assurant le suivi des projets au cours de l’année.

Les treize artistes présentés, Najah Albukai, Carmen Ayala Marín, Chloé Belloc, Maxime Biou, Lise GaudaireMathilde Lestiboudois, Anna López LunaEve Malherbe, Alberto Martín Menacho, Adrien Menu, Pablo Pérez Palacio, Arnaud Rochard et Mery Sales nous proposent un voyage à travers les disciplines où les regards de chacun se mêlent et se répondent pour inviter le spectateur à questionner cette époque aux lignes mouvantes qui est la nôtre. Ainsi, ils nous plongent dans la « léthargie vibrante » de notre temps.

Parcourir cette exposition, c’est ressentir les phénomènes d’isolement qui nous conduisent à repenser le rôle et la place de l’individu dans la communauté ; regarder sans détour le corps comme un outil de production ou un objet de claustration ; réagir à la dévastation en cours de la planète ; chercher les oasis ou les moyens de renouer avec la sagesse en écoutant la puissance des voix éco-féministes.

L’exposition ITINÉRANCE présente les œuvres de treize artistes membres de l’Académie de France à Madrid, section artistique de la Casa de Velázquez, choisis au printemps 2021 parmi plus de 200 candidats au terme d’un exigeant processus de sélection. Durant cette année de résidence à Madrid – et bien entendu, à l’occasion de l’exposition ITINÉRANCE – la promotion 2021-2022 était complétée par deux artistes boursiers, respectivement lauréats des appels lancés par la Diputación Provincial de Zaragoza et de l’Ayuntamiento de Valencia, en collaboration avec la Casa de Velázquez.

Chacun des artistes présentés a pu, durant onze mois, se dédier pleinement à la création et à la recherche artistique avec, pour fil rouge, le projet que iel s’était proposé.e de développer. L’exposition ITINÉRANCEprésente au public le fruit de ces projets inédits et parfois des dérives et voies nouvelles qu’ils ont engendrées au fil des mois.

NAJAH ALBUKAI, né en 1970, est syrien. Il fait de la gravure, du dessin et de la peinture. Il expose une sélection d’œuvres comprenant des dessins, des gravures et des peintures qui témoignent de ses détentions successives dans des prisons des services de renseignements syriens où il a été torturé. Son travail est à la fois très intime, universel et bouleversant.

CARMEN AYALA MARÍN, née en 1991, est une peintre espagnole. Les compositions de Carmen Ayala Marín se nourrissent d’une multiplicité d’images, qu’elle agence pour en faire des éléments sémantiques qui se racontent, se complètent et réagissent entre eux. Le sujet n’est plus l’objet même, ni l’image de l’objet, mais bien le sens qu’il prend dans l’ensemble qu’il contribue à composer. Ses peintures se trouvent traversées par de grands thèmes comme le désir, la précarité, l’émigration, le féminisme et le sacré. Pour ITINÉRANCE, Carmen Ayala Marín présente une série de peintures tirées de Qu’est-ce qu’elle veut Conchita ? projet qui puise sa source dans le dernier film de Luis Buñuel, Cet obscur objet du désir.

Coup de cœur pour le travail de CHLOÉ BELLOC, née en 1983. Chloé est française et vit actuellement en Occitanie. La recherche de Chloé Belloc allie écriture, film et photographie. Elle explore le corps dans ses dimensions organiques et cognitives. Il y est souvent question de langage à la limite de l’incommunicabilité, de porosité entre visible et invisible et de relation entre les dimensions humaines et “non-humaines”, celles du vivant.

En résidence à la Casa de Velázquez, Chloé Belloc s’est lancée dans un périple à l’écoute des voix des sorcières cachées dans le monde végétal qui peuple la Galice, sur les traces d’une grand-mère guérisseuse qui n’a jamais révélé, ou qu’à demi-mot, ses secrets et ses savoirs ancestraux. À la recherche d’une mémoire manquante, le film de Chloé : Muscinea et les femmes qui font tomber la lune sur la terre se fait entreprise de reconstruction d’un héritage individuel qui passe par la réappropriation d’un savoir féminin collectif. Ce savoir des femmes que l’on dit « sorcières », de leur lien profond avec les plantes et de leur capacité à communiquer avec elles. Pour ITINÉRANCE, Chloé Belloc nous livre une proposition vidéo autour de son projet de film, accompagnée de deux photographies analogiques encadrées, en lien avec ses recherches en Galice.

Voici un extrait du film : https://vimeo.com/797090722/2de83da375

Ce film est à découvrir absolument en entier au sein de l’exposition. Vous serez transporté.e.s dans un monde onirique et vous serez émue.s. Les mots manquent pour décrire les sensations vécues en regardant ce film. Chloé touche ici à l’indicible.

Pour réaliser ce film magnifique, Chloé a eu recours à de précieux collaborateurs qui sont le chef-opérateur Fernando Colin Roque, son grand complice avec lequel elle travaille en co-écriture sur d’autres projets et la danseuse Ariadna Vendelova, avec le regard bienveillant de la chorégraphe aérienne Fred Deb’. Son travail inédit sur tissus aériens et cordes en fait l’une des fondatrices du genre. Son esthétique est unique.

Chloé nous rappelle que les sorcières possédaient et possèdent encore les secrets et les mystères de la Nature, dont elles sont à l’écoute et en observation en permanence. Elles ont accès à la magie des plantes, on peut entendre « l’âme agit »… qui ne fonctionne que lorsqu’on accepte d’œuvrer avec l’invisible, l’inconnu… Les plantes, sous toutes leurs formes, possèdent des vertus de guérison pour tous les maux, même les plus graves.

Et nous, que faisons-nous pour sauver la Nature ? Nous avons un devoir absolu, celui de la préserver, à tous prix, en acceptant de faire des sacrifices.

On découvre et admire le travail de MAXIME BIOU, un peintre sensible et spontané. Les décors se font muets, le silence est palpable et la torpeur même des sujets devient vivante, vibrante, organique. Une pesanteur éclatante des corps et des contrastes intenses qui, presque paradoxalement, viennent souligner une certaine fragilité, un calme apparent et souvent une mélancolie inhérente au vivant. Les narrations qui se déploient dans ses peintures se suggèrent plus qu’elles ne s’imposent. Tout se joue dans la relation qui se tisse entre le regardeur et ce que l’œuvre, son traitement et sa matière fait naître en lui.

LISE GAUDAIRE née en 1983, présente une sélection de photographies autour de l’Oasis et des résistants du territoire qu’elle est partie explorer.

MATHILDE LESTIBOUDOIS, née en 1992 est peintre. Elle représente des espaces intérieurs vides, suggérant des fragments architecturaux et des formes géométriques. La présence humaine est subtilement révélée…

ANNA LÓPEZ LUNA née en 1983, est une artiste visuelle barcelonaise. Elle travaille avec différents matériaux tels que la sculpture, le dessin, le collage, les installations et développe de nouvelles formes visuelles. Pour cette exposition, Anna propose une version de son travail cinématographique sur l’histoire des femmes mineures du siècle dernier.

EVE MALHERBE, née en 1987 est une artiste pluridisciplinaire. Son travail est réalisé principalement avec le drapé pour représenter les corps humains. Pour Itinérance, Eve a développé un incroyable polyptyque de dessins de poussière sur verre appelé Eden.

ALBERTO MARTÍN MENACHO, est né en 1986 à Madrid. Alberto a grandi à Alcalá de Henares. Il est cinéaste. Pour cette exposition, Alberto présente des photographies argentiques tirées d’une série d’images en lien avec le projet de film qu’il a mené lors de son année de résidence à la Casa de Velázquez.

ADRIEN MENU, né en 1991, est sculpteur et nous surprend en exposant des peintures grand format, sans titre, peintes à l’huile sur toile. On reste ébahis et même éblouis devant ce travail d’une minutie exceptionnelle et d’une atmosphère singulière. Ses œuvres ont une texture rare avec une dimension et une profondeur uniques.

PABLO PÉREZ PALACIO, né en 1983 en Espagne, vit et travaille entre Madrid, Saragosse et un petit atelier dans les Pyrénées aragonaises. Les visiteurs peuvent admirer une peinture grand format accompagnée d’éléments sculpturaux et en relief autour de sa recherche plastique. La pensée et la poétique se côtoient conceptuellement.

ARNAUD ROCHARD, né en 1986 est graveur. Une toile, dont la création mêle plusieurs techniques telles que la gravure et la peinture, appelée Casa, est de très grand format. Elle nous plonge dans les paysages de la péninsule ibérique.

MERY SALES, née en 1970 est peintre et Docteure de l’UPV. Elle aussi expose une peinture de grand format (130 x 185), Tanto y más, mise en dialogue avec deux collages encadrés, tirés de son livre d’artiste Croma, réalisé lors de sa résidence à la Casa de Velásquez.

Vous pouvez découvrir ces artistes talentueux jusqu’au 5 mars prochain ; l’entrée du Pavillon est libre et gratuite !

 Légende des visuels par ordre d’apparition :

  • L’image du retour, 2022. Huile sur toile en lin brut, 70 x 60 cm. Carmen Ayala Marín
  • Muscinea, 2022. Projet en cours. Chloé Belloc
  • Sans titre, 2022, huile sur toile, 81 x 65 cm. Maxime Biou
  • Fauteuils et drapés, 2022, Huile sur toile, 140 x 170 cm. Mathilde Lestiboudois
  • Ensueño, 2021. Photographie argentique, 35 mm. Alberto Martín Menacho
  • Tanto y màs. Oleo sobre lino, 130 x 195 cm. Mery Sales

Exposition Itinérance

Jusqu’au 5 mars 2023

Itinérance

Exposition des artistes de la Casa de Velázquez

Académie de France à Madrid

 

Informations pratiques

Jusqu’au 5 mars 2023

Du mardi au dimanche de 11h à 18h. Dernier accès à 17h30

 

Académie des beaux-arts

Pavillon Comtesse de Caen

27 Quai de Conti – 75006 Paris

Métros : Louvre-Rivoli (M1), Saint Germain des Prés (M4) et Pont Neuf (M7)

www.academiedesbeauxarts.fr

www.casadevelazquez.org

D’autres actualités à découvrir :

Bourdelle. La mémoire des objets

L’accrochage thématique « Bourdelle. La mémoire des objets » – déployé dans l’Aile Portzamparc – propose une immersion inédite dans l’art et la vie du sculpteur Antoine Bourdelle (1861-1929) à travers un dialogue entre ses œuvres et les objets personnels qui les ont inspirés.

Lire la suite »

Gardiens du Temps

Depuis le mois d’avril dernier jusqu’au 16 février 2025, le musée national des arts asiatiques-Guimet invite l’artiste plasticienne et designer Jiang Qiong Er, originaire de Shanghai, à dialoguer avec ce haut lieu des arts asiatiques à travers une œuvre inédite intitulée « Gardiens du Temps ».

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...