COSMOGONIE

à L’Espace Niemeyer

COSMOGONIE est une exposition où les univers des artistes Maurice Renoma et Jorge Luis Miranda Carracedo convergent et fusionnent au cœur de l’Espace Niemeyer, siège du Parti Communiste Français et bâtiment mythique de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer. Du 8 au 27 octobre 2021, plus de soixante-dix œuvres sont dévoilées pour la première fois au public : photographies, peintures, sculptures, vidéos et installations, réalisées spécialement pour cet événement. Plus qu’une découverte, c’est un must !

Face à cet immense vaisseau moderne comme sorti d’un film de science-fiction des années 70 que représente l’Espace Niemeyer, le visiteur s’arrête et pense au Cosmos, au lien que les humains aiment à faire entre le Très-Haut et l’ici bas. Des affiches de l’exposition positionnées sur les grilles indiquent « COSMOGONIE, MAURICE RENOMA * CARRACEDO ». Des yeux bandés sur un visage d’homme mûr, un cosmonaute miniature qui tâtonne sur un nez, un arbre comme unique vestige après un cyclone ou la destruction de la terre, que savons-nous si ce n’est que cette photographie interpelle.

Est-elle symbolique ou simplement issue d’un imaginaire ? Que révèle t-elle ? On se demande si nous sommes devenus aveugles face à la déforestation, face à la propension de constructions de tours de plus en plus hautes, face aux désirs fous des humains de vouloir conquérir l’espace et même de vouloir y habiter. Autant de questions qui nous invitent à découvrir l’exposition Cosmogonie et à en explorer toutes les facettes.

Rarement ouvert au Public, c’est donc avec entrain et curiosité que nous descendons les marches qui conduisent à la découverte du bâtiment et de l’exposition.

Extraordinaire !

La scénographie provoque sur le regardeur un certain émoi face aux œuvres inclassables qui ont trouvé l’endroit parfait pour être présentées. Ces murs gris et puissants en béton leur permettent de prendre toute leur place et de s’intégrer instantanément dans notre imaginaire.

On entre dans un nouveau monde qui pourtant est bien celui dans lequel on vit mais le voici transformé par les visions futuristes et fusionnantes du « Modographe » Maurice Renoma et du plasticien Jorge Luis Miranda Carracedo.

Les œuvres des deux artistes aux méthodes de travail très différentes et aux approches parfois opposées ont fusionné après cinq années de dialogues et d’échanges. Ils ont en commun cette conscience qu’on aimerait que chaque être humain puisse posséder face à l’importance du respect et de la préservation de la Nature et l’amour du travail.

Vous ne serez donc pas surpris de voir un petit cosmonaute sur le nez de son créateur, se promenant aussi sur ce qui pourrait être la voûte étoilée, sur une terre qui étouffe ou encore, en équilibre au centre d’un cercle.

Est-ce une évocation de l’Homme en questionnement ou en perdition ?

Les deux artistes montrent l’intensité de leur créativité débordante. Leurs œuvres sont plutôt anticonformistes et affirment leur transgression qui peuvent susciter autant l’admiration que les critiques.

Tout comme l’architecture d’Oscar Niemeyer est en courbes et en volutes, bon nombre des œuvres des artistes intègre les corps, les volumes et les formes rondes, de différentes dimensions parfois inattendues. L’espace muséal est comme un écrin où brillent mille facettes inventives.

Les relations que l’être humain entretient avec ce qui est naturel et ce qui est artificiel sont explorées à travers l’hybridation d’éléments dont les formes sont humaines, animales, végétales ou artificielles. Cette hybridation nous rappelle à quel point nous sommes petits et fragiles et pourtant, nous nous prenons pour grands et puissants. Mais face au Cosmos et aux multiples univers, qui sommes-nous ?

Des passants, des passeurs ?

Le visiteur erre tout comme le petit cosmonaute, entre une œuvre et une autre. Entre le Très-Haut et le très bas. On s’accroupit pour regarder les sculptures, on s’assied sur un tabouret Renoma ou dans un fauteuil futuriste. On va et on vient en se posant de multiples questions existentielles.

Il y a des juxtapositions surprenantes. Certaines images sont ambiguës. Il est question de femmes, d’hommes, d’artistes, de stars, de mode, … et d’un petit poisson rouge comme un fil rouge pour nous rappeler que le plastique envahit notre planète et l’étouffe.

On oscille ente ombre et lumière, entre une table de ping-pong et un sofa peint, tout est complexe ou nuancé, noir & blanc ou coloré, intrigant ou relaxant.

Des créations quasi mystiques resteront gravées un long moment dans nos mémoires.

Ces œuvres fusions nous invitent à une grande introspection pour réfléchir aux actions que nous devons entreprendre pour préserver notre belle planète.

Florence Courthial

 

COSMOGONIE

Jusqu’au 27 octobre 2021

Espace Niemeyer

Siège du Parti Communiste Français

2 Place du Colonel Fabien, 75019 Paris

Tél. 01 40 40 12 12

accueil@pcf.fr

Informations et réservations :

www.espace-niemeyer.fr

D’autres actualités à découvrir :

Carte blanche à Wang Keping

La seizième carte blanche contemporaine du Musée national des arts asiatiques – Guimet est confiée à l’artiste chinois Wang Keping dont les œuvres sont exposées au premier et au quatrième étages du musée, en dialogue avec des œuvres des collections permanentes anciennes et, c’est une forêt de sculptures monumentales et majestueuses en acajou qui nous envoûte et nous enchante au sein de la Rotonde.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...