Madame HAYAT

par Ahmet ALTAN

Précédent
Suivant

Le roman « Madame Hayat » a été écrit en prison par Ahmet Altan, un des journalistes les plus renommés de Turquie. Fazil, le jeune narrateur du livre et le protagoniste de l’histoire, part faire des études de lettres loin de chez lui. Devenu boursier après le décès de son père, il loue une chambre dans une modeste pension, un lieu fané où se côtoient des êtres inoubliables à la gravité poétique, qui tentent de passer entre les mailles du filet d’une ville habitée de présences menaçantes. Fazil tombe amoureux de deux femmes d’âges et d’univers très différents. Il vit ses initiations amoureuses de manière très sensuelle dans une atmosphère politique totalement à l’opposé de la félicité dans laquelle il plonge corps et âme. PRIX FEMINA ÉTRANGER 2021 et Prix Transfuge du meilleur roman européen 2021, cet opus se lit avec délectation comme un Stefan Zweig…

Pour gagner sa vie, Fazil est figurant dans une émission de télévision. Un jour, il fait la connaissance de Madame Hayat, une femme d’âge mûr, voluptueuse, sensuelle, intelligence, curieuse, cultivée, libre et d’une grande beauté, en un mot, fascinante. Il en tombe éperdument amoureux. Cette aventure exaltante lui permet de s’évader un peu de l’atmosphère atroce qui règne dans son pays sous l’emprise d’une dictature impitoyable.

Fazil vit une histoire d’amour exceptionnelle qui éclaire et modifie son regard sur le sens de la vie.

Quelques jours plus tard, il fait la connaissance de la jeune Sila. Cette jeune femme est elle aussi très belle, intelligente et volontaire. Ils ont tous deux des origines familiales similaires : les parents ont été brimés par la dictature qui leur a tout volé : maison, biens et argent. Ces deux êtres se retrouvent pleinement dans leur amour de la littérature et leur volonté de ne pas être atteints par l’inhumanité et la violence extrême du gouvernement. Ils réfléchissent ensemble aux moyens de quitter leur pays pour aller vivre au Canada.

Mais partir, c’est quitter Madame Hayat et le double bonheur que Fazil vit avec délectation…

Cet opus est écrit d’une plume digne d’un grand écrivain humaniste passionné. On plonge dans la vie de ce jeune homme jusqu’à plus soif. L’écriture est gracieuse et fluide, un régal. L’émotion est forte que ce soit dans les moments de joie et de plaisir tout comme dans les instants graves et funèbres.

Madame Hayat est un très beau livre à lire et à offrir.

Florence Courthial

 

Focus su Ahmet ALTAN

Né en 1950, Ahmet Altan est un des journalistes les plus renommés de Turquie, son œuvre de romancier a connu un grand succès et elle est traduite en plusieurs langues. Après Comme une blessure de sabre (Actes Sud, 2000) et L’Amour au temps des révoltes (Actes Sud, 2008), ses textes écrits en prison intitulés Je ne reverrai plus le monde ont paru en 2019.

Romancier et journaliste ; Ahmet Altan est un socialiste engagé dont les articles étaient toujours écrits en faveur de la démocratie et de la liberté d’expression.

Accusé pour implication présumée dans le putsch manqué du 15 juillet 2016, Ahmet Altan a été emprisonné plus de quatre ans à Istanbul avant d’être libéré en avril 2021 sur ordre de la Cour de cassation de Turquie.

La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) condamne la Turquie pour la détention pendant plus de quatre années de cet intellectuel âgé de 71 ans et respecté dans son pays comme à l’étranger.

« C’est en marchant dans la cour de ma cellule pendant des heures que j’ai créé Madame Hayat. Je suis amoureux d’elle ! C’est la femme que j’aime. Quelqu’un qui a conscience de l’absurdité de l’existence, mais ne renonce pas à en jouir. Une sorte de sage sensuelle. Sage, parce qu’elle sait que tout ce qu’on juge très important n’a aucune importance. Sensuelle, parce qu’elle vit par le désir, un désir à fleur de peau (…) J’ai inventé cette femme et elle m’a ému. »

Aujourd’hui encore, Ahmet Altan fait l’objet de plusieurs poursuites judiciaires dans son pays et il lui est interdit de quitter la Turquie.

Madame HAYAT, par Ahmet ALTAN

Roman traduit du turc par Julien Lapeyre de Cabanes

Parution en librairie le 1er septembre 2021

Éditions ACTES SUD, 272 pages

www.actes-sud.fr

D’autres actualités à découvrir :

Carte blanche à Wang Keping

La seizième carte blanche contemporaine du Musée national des arts asiatiques – Guimet est confiée à l’artiste chinois Wang Keping dont les œuvres sont exposées au premier et au quatrième étages du musée, en dialogue avec des œuvres des collections permanentes anciennes et, c’est une forêt de sculptures monumentales et majestueuses en acajou qui nous envoûte et nous enchante au sein de la Rotonde.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...