Un prisonnier sans étoile

Premier roman de Sully Quay

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Résumé

En 1932, Sylvestre Kponta, quitte le Togo direction Chicago afin de poursuivre ses études de médecine. Étudiant brillant, fils d’une famille aisée et bel homme, il sera confronté à la ségrégation raciale, et décide de partir à Paris inspiré par l’exemple de Joséphine Baker. Pétri de rêves et d’espoirs, arrivé dans la ville Lumière et cité de l’amour, il se heurte aux paradoxes de sa vie d’un côté comblée par ses succès en tant que chirurgien et de l’autre dévalorisée par le racisme constant qu’il subit.

La vie de Sylvestre se complique après sa rencontre avec Ana, une interprète allemande. Ils tombent éperdument amoureux l’un de l’autre. Mais comment cette idylle peut-elle survivre ?

Tout bascule en début 1944. Sylvestre est arrêté par les nazis et envoyé à Auschwitz.

De son côté, à Paris, Ana fait tout pour le retrouver afin de le libérer. Parviendra-t-elle à sauver son amant de la mort certaine des camps nazis ?

Un roman fiction documenté sur la condition des noirs pendant le nazisme en Europe.

Avis

La première page de couverture, très sombre, avec un titre écrit en lettres capitales, de couleur rouge sang sur fond gris et l’image d’une ligne de chemin de fer qui entre dans un camp de concentration se distingue de toutes les autres sur l’étalage des livres « coup de cœur » d’une librairie. Elle interpelle systématiquement bon nombre de clients en quête de roman(s) haletants. Mais pourquoi sans étoile ?

C’est tout un pan tragique des conditions des prisonniers pendant la seconde guerre mondiale qui est relaté par Sully Quay, sous un autre regard. L’auteure rappelle les exterminations des juifs, des tziganes, des personnes handicapées, des homosexuel.le.s, des malades mentaux, des résistants, … Apparaissent ici, dans son premier roman, les souffrances subies aussi par les migrants noirs. L’histoire singulière de Sylvestre Kponta, jeune homme togolais, issu d’une famille aisée, poursuivant des études de médecine et quittant le Togo est racontée avec fougue. Le protagoniste fait d’abord un passage douloureux aux États-Unis, puis s’installe en France, pays qui lui semble plus facile pour un émigré, ayant en tête la réussite de Joséphine Baker. Il est employé en qualité de chirurgien dans un hôpital où toutes les victimes de la guerre transitent. Sylvestre tombe fou amoureux d’Ana, une interprète allemande.

Vont-ils pouvoir vivre leurs amours ?

On lit ce roman d’une traite, tenu.e.s en haleine jusqu’à la fin. L’émotion est à son comble. 

Ce premier roman, très bien écrit et documenté, est poignant et totalement bouleversant.

L’écriture de Sully Quay est parfois sensuelle, très percutante et fluide.

Une auteure à suivre…

Florence Courthial

UN PRISONNIER SANS ÉTOILE

écrit par Sully Quay

Un prisonnier sans étoile

Roman écrit par Sully Quay aux éditions Ramsay

200 pages – 19€

www.ramsay.fr

Professeure d’anglais, comédienne amateur et écrivaine, Sully Quay a vécu dans plusieurs pays : Corée du Sud, Pologne, Hongrie… Elle parle de son expérience d’expatriée dans son récit I’m an Expat and So What ?!

Un prisonnier sans étoile est son premier roman.

D’autres actualités à découvrir :

Instants de grâce avec Brancusi

Avec plus de 120 sculptures, des centaines de photographies, de dessins, de documents d’archive et de films de l’artiste, la grande rétrospective « BRANCUSI, L’art ne fait que commencer », organisée au Centre Pompidou, constitue un événement exceptionnel et merveilleux.

Lire la suite »

Le vieil homme et l’enfant

Gunnar, un vieil agriculteur, est exproprié de sa ferme. Il laisse tout derrière lui et part s’installer en ville où il va se lier d’affection avec un livreur de journaux de 10 ans, quelque peu délaissé par ses parents. Cette rencontre bouleversera à jamais leurs vies.

Lire la suite »

Robert Ryman, Le regard en acte

Le musée de l’Orangerie présente l’exposition « Robert Ryman. Le regard en acte » jusqu’au 1er juillet 2024. Cette première présentation d’ampleur dédiée à l’artiste américain Robert Ryman (1930-2019), depuis 1981 dans une institution publique française, confirme l’importance historique de cet artiste.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...