HENRY CROS

Céramiste, peintre, sculpteur et verrier

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Le XIXe siècle nous réserve encore de belles découvertes, la figure méconnue du peintre, sculpteur, céramiste et verrier Henry Cros en est une. Grâce à l’important fonds de dessins de l’artiste, inventeur de la sculpture en pâte de verre, le musée des Arts décoratifs propose du 6 mars au 26 mai 2024, une monographie de cet artiste admiré par Auguste Rodin et Antoine Bourdelle, ami de Paul Verlaine et d’Edouard Manet. Étaitil romantique, néo-classique, ou symboliste ? C’est une des questions posées par l’exposition…

Découvrez Henry Cros, (1840-1907), sculpteur et dessinateur, à travers plus de cent œuvres rassemblant sculptures, peintures et dessins, issues des collections du musée, aux côtés de quelques prêts exceptionnels.

Les grandes thématiques de l’artiste sont présentées : portraits d’enfants attendrissants, figures d’une antiquité rêvée et de contes de fées.

La maîtrise technique de l’artiste est illustrée par plus de cinquante dessins et une trentaine de sculptures en verre, cire, terre cuite, bronze et marbre.

Ce projet permet de faire découvrir l’œuvre d’Henry Cros, dont Bourdelle disait qu’il rassemble « toute l’Antiquité dans une âme nouvelle ».

Le trio Cros et le tout-Paris de la fin du XIXe siècle

Henry est le frère du célèbre inventeur et poète Charles Cros et du médecin Antoine Cros. Ce fameux trio participe à la modernité littéraire et artistique des années 1860-1870. L’exposition aborde les diverses personnalités des mondes artistiques et littéraires autour desquels gravitent les trois frères avec des portraits dessinés par Henry Cros : celui – rare – de Paul Verlaine jeune dédicacé, du caricaturiste André Gill, de l’éditeur des poètes Parnassien Alphonse Lemerre, du comédien Coquelin cadet et bien sûr de la mythique figure de la salonnière libre et scandaleuse Nina de Vilars de Callias, l’amante de son frère Charles. Le recueil de poèmes d’Antoine, illustré d’une estampe d’Henry en 1882, évoque l’autre frère, médecin de son état, qui dirige également un salon politico-littéraire.

Peintures et sculptures en cire

L’exposition dévoile une grande peinture à l’encaustique, Uranie (1882), muse de l’astronomie, importante commande d’état démontrant l’aboutissement des recherches de Cros.

La peinture antique à l’encaustique alors utilisée pour la colorisation des marbres, est l’une des sources de sa recherche. Ses portraits modernes inspirés par ceux modelés à la Renaissance, qui marquent ses contemporains, restent d’une originalité et d’une présence psychologique rares. Le portrait de sa jeune épouse ou celui de l’étonnant Shah de Perse, Nasse el Din, en sont des exemples. Ses compositions proches de l’univers poétique de la première Renaissance correspondent aux grands succès des débuts de l’artiste. L’exposition met en valeur cinq d’entre eux, parmi lesquels La Promenade du Salon de 1874, où l’on observe le contraste entre la précise délicatesse des figures et la liberté des fonds aux touches impressionnistes, dont la mise au point photographique est remarquable.

Le dessin

Une sélection parmi les carnets personnels de l’artiste et de nombreux dessins, esquisses, projets, feuilles plus abouties et aquarelles, majoritairement inédits, permettent d’entrer dans le processus de création des œuvres de Cros. Les portraits évoquent les relations amicales et intellectuelles de l’artiste et de ses frères.

Encres, graphites, sanguines côtoient de grands projets aquarelles pour les œuvres en verre à la fin de sa vie.

Une maîtrise de la couleur

 La double pratique de peintre et de sculpteur et la redécouverte contemporaine de la plastique polychrome ancienne guident Cros sur la voie de la sculpture en couleur. Ses projets monochromes restent nombreux jusqu’en 1880, l’exposition en présente quelques-uns en terre cuite, marbre et bronze dont l’émouvant Portrait de petit garçon daté de 1875.

Parmi les œuvres présentées, on découvre le vase fondu par Hébrard d’après le modèle du vase en verre du musée des Arts décoratifs. De nombreux dessins et esquisses pour des portraits ou photographies originales sont mis en lumière, tel le dessin préparatoire du buste de Nina de Vilars.

Une terre cuite polychrome exceptionnelle

À la charnière de ses deux périodes techniques, entre cires et pâtes de verre, Henry Cros réalise quelques bustes en terre cuite polychromée aux argiles de couleur (engobes). Il donne une vie et une présence à ces jeunes figures à l’instar de la gitane des Pyrénées du musée de la Cité de la céramique de Sèvres. Un exemple éloigné de ses recherches parallèles sur l’image archétypale d’un idéal féminin.

Henry Cros, artiste des pâtes de verre

« Pâte de verre » est le nom donné par Henry Cros à une nouvelle technique de moulage de poudres de verre polychromes, qui lui permettent de réaliser des sculptures en couleurs et ouvre une nouvelle voie dans la création du verre moderne. Il consacre les vingt dernières années de sa vie à ce medium, et réalise les œuvres les plus marquantes de sa carrière artistique.

Une grande partie de l’exposition lui est consacrée, avec les remarquables projets aquarelles et les masques, les médaillons et les bas‑reliefs qui retracent cette période.

Une vidéo permet au visiteur de découvrir la technique pour créer des sculptures en pâte de verre.

L’exposition met en valeur les deux grands projets aquarelles et la version fondue en bronze par Hébrard, et le rare vase en verre créé par Henry Cros.

Parmi les œuvres en pâte de verre, le portrait en médaillon de François Coppée jeune, La Nymphe Galatée, le masque La Flamme de l’Exposition universelle de 1900 ou encore la coupe Le Silence, illustrent la grande richesse et la diversité des thématiques abordés par l’artiste.

Cette monographie rend un très bel hommage à cet artiste unique dont la créativité audacieuse et les recherches innovantes et poétiques ont marqué l’histoire de l’art du XIXe siècle et particulièrement celle du verre moderne.

Henry Cros

Un grand artiste méconnu à découvrir de toute urgence…

Exposition du 6 mars au 26 mai 2024

 

Musée des Arts décoratifs

107 rue de Rivoli, 75001 Paris

+33 (0) 1 44 55 57 50

Métro : Palais-Royal, Pyramides, Tuileries

 

Du mardi au dimanche de 11h à 18h

Nocturne le jeudi jusqu’à 21h dans les expositions temporaires

 

Tarifs

Entrée plein tarif : 15 €, tarif réduit : 10 € – gratuit pour les moins de 26 ans

 

www.madparis.fr

D’autres actualités à découvrir :

Instants de grâce avec Brancusi

Avec plus de 120 sculptures, des centaines de photographies, de dessins, de documents d’archive et de films de l’artiste, la grande rétrospective « BRANCUSI, L’art ne fait que commencer », organisée au Centre Pompidou, constitue un événement exceptionnel et merveilleux.

Lire la suite »

Le vieil homme et l’enfant

Gunnar, un vieil agriculteur, est exproprié de sa ferme. Il laisse tout derrière lui et part s’installer en ville où il va se lier d’affection avec un livreur de journaux de 10 ans, quelque peu délaissé par ses parents. Cette rencontre bouleversera à jamais leurs vies.

Lire la suite »

Robert Ryman, Le regard en acte

Le musée de l’Orangerie présente l’exposition « Robert Ryman. Le regard en acte » jusqu’au 1er juillet 2024. Cette première présentation d’ampleur dédiée à l’artiste américain Robert Ryman (1930-2019), depuis 1981 dans une institution publique française, confirme l’importance historique de cet artiste.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...