Boris Lipnitzki chronique les années trente

Superbe exposition de photographies

Diapositive précédente
Diapositive suivante

La Galerie Roger-Viollet présente du 12 octobre 2023 au 20 janvier 2024 l’exposition « Boris Lipnitzki, photographe russe chroniqueur du Paris des années trente ». Dès ses plus jeunes années Haïm Lipnitzky découvre la photographie. La musique est son autre passion. Face aux pogroms et aux révolutions les Lipnitzky, de confession juive, abandonnent l’Ukraine, arrivent en France dans les années 1920. Le jeune homme prend le nom de Boris Lipnitzki et devient photographe. L’aristocratie en exil présente Boris au couturier Paul Poiret qui lui confie ses collections à photographier. Boris se lance dans le portrait d’aristocrates, élargit ses activités à la presse. Le jeune Boris Lipnitzki ouvre son propre studio.

Le studio Lipnitzki : 109, rue du Faubourg-Saint-Honoré (1922-1936)

Dans le studio parisien se pressent les compositeurs Igor Stravinski et Serge Prokofiev. Lipnitzki parle russe avec les peintres Vassily Kandinsky et Marc Chagall dont il tire le portrait. Le monde de la musique est très présent avec Maurice Ravel, mais aussi le groupe des six d’Arthur Honegger, Louis Durey, Germaine Tailleferre, Georges Auric, Darius Milhaud et Jean Cocteau. Il portraitise ceux qu’il vénère. Jusqu’en 1924, il couvre les fêtes de Poiret pour le Tout Paris dans son hôtel particulier et poursuit ses reportages dans les lieux à la mode tels que la piscine Molitor, les stations balnéaires de Deauville, Monaco et Saint-Jean-de-Luz.

De 1922 à 1939, Lipnitzki travaille pour de nombreux couturiers. Coco Chanel, pose devant son objectif dans son atelier de la rue Cambon. Il collabore avec Elsa Schiaparelli et Cristóbal Balenciaga, photographie leurs modèles publiés dans Femina, Le Jardin des modes, Marie-Claire, Vogue.

Les activités du studio séduisent et attirent les célébrités du music-hall et de la chanson : Édith Piaf, Josephine Baker, Yves Montant; du cinéma et du théâtre : Carl Dreyer, Buster Keaton, Louis Jouvet en grande tenue de séducteur dans Don Juan, Albert Dieudonné en Napoléon pour le film d’Abel Gance. Le monde des arts et des lettres très présent dans la presse donne lieu à de nombreux portraits : Giorgio De Chirico, Léonor Fini, Foujita, Pablo Picasso pour les peintres, André Breton, Colette, Marguerite Duras, James Joyce, Jacques Prévert, Jean-Paul Sartre, Boris Vian pour les écrivains.

Ces personnalités contribuent elles-mêmes à la célébrité de Lipnitzki.

Le studio Lipnitzki : 40, rue du Colisée (1936-1939)

En 1936, Lipnitzki s’installe près des Champs-Élysées. En moins de vingt ans, Il connaît la gloire. Le studio convie ceux qui vont marquer le siècle et les idoles passagères. La mode reste un secteur d’activité primordial. Boris a élargi son cercle, mais demeure fidèle au théâtre. À partir de 1938, le studio périclite. En septembre 1940, il cesse toute activité. Un administrateur provisoire est nommé pour gérer le bien juif. En mai 1941, grâce au journaliste américain Varian Fry, il embarque à Marseille. En 1943, il s’installe à New York accueilli par Chagall. En 1945, il rentre à Paris, récupère ses biens, assure désormais pratiquement seul la prise de vue. À soixante-dix-huit ans, le 8 juillet 1965, il ferme le studio. Boris Lipnitzki meurt à Paris, en 1971.

Les photos de Boris Lipnitzki et du studio Lipnitzki ont été acquises par l’agence Roger-Viollet en 1970, représentant plus d’un million de négatifs. Elles sont conservées par la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (BHVP) et sont diffusées en exclusivité par la Galerie Roger-Viollet.

Soixante-seize tirages contemporains, en édition numérotée, sont proposés par la galerie lors de l’exposition.

Boris Lipnitzki 

PROLONGATION JUSQU’AU 24 FÉVRIER 2024 ! 

Galerie Roger-Viollet

Du mardi au samedi de 11h00 à 19h00

Adresse : 6, rue de Seine 75006 Paris

Tél. : 01 55 42 89 00

Heures d’ouverture

du mardi au samedi de 11H à 19h

Fermé les jours fériés

www.galerie-roger-viollet.fr

 

D’autres actualités à découvrir :

Renaissance de Harlem et …

Du 25 février jusqu’au 28 juillet 2024, le Metropolitan Museum of Art (MET) présente l’exposition inédite « The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism » (La Renaissance de Harlem et le modernisme transatlantique).

Lire la suite »

LUMINISCENCE à Saint-Eustache

Après une première étape dans la Cathédrale Saint-André de Bordeaux, couronnée de succès avec déjà plus de 80 000 spectateurs, l’expérience immersive « LUMINISCENCE » s’installe au cœur de la capitale dans l’église Saint-Eustache.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...