BONNE SOIRÉE

Au théâtre Théo jusqu'au 27 avril

Diapositive précédente
Diapositive suivante

Une célébration du dérisoire : plus que 3 représentations…

« BONNE SOIRÉE » est une pièce de théâtre sensible, intelligente, drôle et émouvante, à voir absolument ! Marie, Elsa et Emmanuelle nous offrent des monologues intimistes en se dévoilant petit à petit. Chacune incarne, de manière très subtile, un rôle qui nous semble familier, et pourtant… On oscille entre le rire et l’émotion, la mélancolie et l’humour, la colère et l’amour.

Le jeu des trois comédiennes est juste et parfait et vous permet de passer une Excellente soirée !

LA PIÈCE

Trois jeunes femmes font, chacune de leur côté, leur petit bout de chemin dans l’existence. Solitaires, décalées, elles approchent toutes d’un but sans parvenir à complètement l’atteindre. Maria, férue de sport, cherche à appliquer la rigueur de ses entraînements à la gestion de sa vie personnelle et de ses sentiments. Elsa, 26 ans, est atteinte d’une maladie dégénérative qui aurait dû l’emporter à l’âge de 25 ans, et se retrouve contrainte à naviguer le cours d’une vie qu’elle n’avait pas prévu de vivre.
Emmanuelle est de ceux qui connaissent personnellement des célébrités sans en être, et qui rêve de gloire.

Toutes se croisent, se ratent, se rentrent dedans, et, peut-être, se rencontrent.

LA COMPAGNIE LES INFORMELS

Les Informels sont nés d’une rencontre entre deux comédiennes, Clara Dupont et Amélie Kierszenbaum. Élèves au Conservatoire de Paris XIII, elles se sont retrouvées autour de Bonne soirée en tant qu’auteur et metteur en scène.

Première création de la Compagnie, Bonne Soirée représente l’essence d’une volonté : celle de partager avec le public des morceaux de vies, des expériences, des instants à emporter et à réfléchir. Rien de plus passionnant que les histoires où rien ne se passe, car c’est là où tout peut se dire. Ses personnages se racontent, en se dévoilant à la fois au public et à eux-mêmes. Ils se cherchent, se croisent, se heurtent, se ratent. Puis essayent encore. Il se passe des choses, plein de petites choses qui créent des vies, qui ne comptent pas, qu’on ne raconte pas. Si on les vivait, on les ignorerait. On dirait qu’il ne se passe rien.

Bonne soirée tente de leur redonner la place qu’elles méritent.

Amélie Kierszenbaum
Metteuse en scène et comédienne

Après quatre ans en formation amateur au Cours Simon, elle intègre une compagnie théâtrale avant d’entrer en classe préparatoire littéraire. En parallèle, elle se forme en Art dramatique au Conservatoire du XVIIIearrondissement dans la classe de Jean-Luc Galmiche.

Bonne Soirée est sa première mise en scène.

Clara Dupont
Autrice et comédienne

Après un parcours en danse et musique à la Roche-sur-Yon, elle se tourne vers le théâtre. Elle entre au conservatoire de Rennes, puis monte à Paris où, conjointement au master de création littéraire de l’Université Paris VIII, elle intègre le Conservatoire de Paris XVIII en 2015. Elle met en scène « Prendre Goût » de Pierre Balerini, avec le collectif Pocico en 2019.

Jeanne Fièvre
Comédienne
Elle commence le théâtre en primaire dans un atelier proposé par Agnieszka Biel dans l’Allier. Elle tisse son parcours scolaire autour du théâtre et entre au Conservatoire de Paris XX après un voyage d’un an au Japon. Influencée par des univers tels que celui du Footsbarn ou du Teatr Licedei, elle crée sa compagnie La Porcherie en 2022.

 NOTE D’INTENTION DE L’AUTRICE
“J’ai commencé à écrire cette pièce pour deux comédiennes. Je voulais leur offrir des voix à défendre qui ne soient pas entravées par les conventions d’une pièce déjà « formalisée ». Le personnage d’Elsa s’est ajouté ensuite. Ce dernier est inspiré d’une personne réelle, quelqu’un qui s’est battu toute sa vie, et se bat encore, contre une maladie musculaire dégénérative. Il m’a semblé important de profiter de l’espace de jeu créé avec Maria et Emmanuelle pour faire entendre la parole de ce personnage.

J’ai voulu avant tout raconter une histoire, celles de personnages féminins entiers. Je ne cherche pas, avec cette pièce, à livrer un point de vue engagé sur ce qu’elles vivent, ni sur ce qui les traverse, mais simplement à les livrer au monde.

La pièce saisit ces trois personnages dans un moment de déséquilibre. Chacune est au bord de sa vie, au bord de ses désirs, et oscille devant ce précipice. Encombrées d’elles-mêmes et des injonctions qu’elles s’imposent – ou qu’on leur impose, elles se cognent les unes aux autres.

Le processus d’écriture s’est effectué au plus près des comédiennes, avec les aléas du travail de plateau. Je leur ai présenté une première version, constituée des monologues et de quelques courtes scènes – les squelettes de leurs personnages, en somme – puis j’ai bâti la pièce sur ce que je sentais se développer chez elles, mon but étant de laisser aux personnages le plus d’espace possible pour s’exprimer sans les juger. C’était un processus d’autant plus intéressant et compliqué que j’étais moi-même comédienne. Laisser tomber toute velléité d’analyse pour monter sur le plateau, tout en analysant après coup ce que le personnage avait pu y révéler. La distribution a changé, au cours de ce processus, ce qui s’est avéré être une chance pour l’écriture car les personnages ont pu se déployer à travers plusieurs corporalités, plusieurs histoires.”
Clara Dupont

NOTE D’INTENTION DE LA METTEUSE EN SCÈNE

”Bonne soirée, on le dit sans y penser, du bout des lèvres, en passant, en guise de salutations ou d’adieu. Cela marque la fin d’un coup de téléphone professionnel ou d’un dîner au restaurant. C’est un signal du quotidien. De même, les personnages de Bonne Soirée sont enchevêtrés dans leur quotidien, cherchent à le briser, à le tournebouler, ou à s’y réfugier. La pièce présente des fragments d’existence qui s’entrechoquent, des morceaux de journées semés sur le plateau. Je cherche à ce que le spectateur, en regardant chacun de ces fragments singuliers se déployer sous ses yeux, éprouve un agréable sentiment de familiarité, une impression de déjà-vu face à chaque ambiance. C’est rassurant d’avoir l’impression de savoir où l’on est…non ?

La grande force des personnages provient de leur radicalité qui, sur la toile de fond du quotidien, prend un relief brutal. Leurs histoires, leurs solitudes, leurs brèves de comptoir, leurs discussions échangées entre deux portes prennent soudain la forme d’une lutte commune et connue de tous : le désir d’être en charge de sa propre vie. Je désire que leur connivence avec le spectateur dépasse alors le simple prisme du quotidien, que chacune de leurs anecdotes soit un témoignage de leur engagement dans cette lutte personnelle. Ces fragments sont à la fois des bris d’existence et des pièces de puzzle, avec lesquels on peut construire, au choix, un tableau ou un miroir : les histoires qui ne racontent rien laissent l’espace aux sentiments et à l’expression de la parole des personnages. Faire de la place au quotidien est pour moi un moyen d’y laisser silencieusement surgir le plaisir absolu et universel de la fiction.

Bonne Soirée est une célébration du dérisoire.”

Amélie Kierszenbaum

Bonne Soirée

Jusqu’au 27 avril : plus que trois représentations le jeudi à 19h !

BONNE SOIRÉE

Jusqu’au 27 avril (seulement…)

Le jeudi à 19h

 Théo Théâtre

20 rue Théodore Deck – 75015 Paris

Réservation : 01 45 54 00 16

www.theotheatre.com

D’autres actualités à découvrir :

Renaissance de Harlem et …

Du 25 février jusqu’au 28 juillet 2024, le Metropolitan Museum of Art (MET) présente l’exposition inédite « The Harlem Renaissance and Transatlantic Modernism » (La Renaissance de Harlem et le modernisme transatlantique).

Lire la suite »

LUMINISCENCE à Saint-Eustache

Après une première étape dans la Cathédrale Saint-André de Bordeaux, couronnée de succès avec déjà plus de 80 000 spectateurs, l’expérience immersive « LUMINISCENCE » s’installe au cœur de la capitale dans l’église Saint-Eustache.

Lire la suite »

Copyright© 2000 – 2022 BlackMap : le portail de toutes les cultures

Suivez-nous sur...